Femmes relais médiatrices interculturelles de Champigny

 

Porte

5 Mail Rodin, au Bois l’Abbé

Derrière cette porte se trouve l’accueil des femmes relais médiatrices interculturelles de Champigny. Elles assurent une permanence chaque jour de lundi à vendredi, et chaque année plus de mille personnes s’adressent à elles. Grâce aux cinq médiatrices et 47 bénévoles, qui viennent de 17 ethnies différentes, il est possible d’être reçu en sa langue maternelle si on le souhaite, par des femmes qui ont une grande connaissance des services publiques, et notamment du commissariat, des services médicaux, des écoles, de la Maison du Droit et de la Justice, et de l ‘Espace de Solidarité du Département (ESD).

A l’origine de l’association, un réseau informel de femmes médiatrices. C’est en 1997 qu’une association est créée pour développer ce service important, assuré par les femmes du quartier pour les habitants du Bois l’Abbé et des Mordacs. L’association bénéficie de deux emplois tremplin financés par le Conseil Régional, de deux postes adultes relais et un poste FONJEP payés en partie par l’état avec un complément de la ville de Champigny.  Le Conseil Général finance des actions et des projets. La ville met le local à disposition et supporte une partie des frais de fonctionnement avec les bailleurs 3F et Paris Habitat. L’association est aujourd’hui ouverte à tous les Val de Marnais.

Table

Les Médiatrices

Pendant ma visite j’ai rencontré Mme Kori (d’origine malienne et qui parle Soniké), Mme Bekar (d’origine turque), Mme Nadir (d’origine marocaine et qui parle Arabe). J’ai aussi rencontré Mme Bouchlaghem qui est secrétaire et comptable de l’association. La présidente est Mme Dos Santos (d’origine Portugaise) et la directrice Mme Ashraf du Pakistan. L’association propose aussi des cours de français grâce à leur formatrice, Waafa.

Affiches 5

Quelques situations dans lesquelles les médiatrices interviennent: les relations avec les écoles quand les parents ne parlent pas français, la violence familiale, et l’aide au remplissage des dossiers. Les médiatrices peuvent aussi accompagner aux tribunaux ou à la Maison de la Justice. Elles travaillent en partenariat avec les travailleurs sociaux de l’EDS et elles peuvent faire des démarches pour trouver une classe d’accueil pour un enfant ou une solution d’urgence d’hébergement. Chaque semaine un correspondant du Parquet assure une permanence dans les locaux des Femmes médiatrices.

J’ai demandé quelles étaient les difficultés rencontrées par l’association. Deux réponses immédiates : les conflits familiaux, trop fréquents, et le financement, puisque le soutien de l’état diminue dans le contexte actuel. Par le passé, l’association a reçu un soutien des Aéroports de Paris et chercherait un nouveau financement complémentaire par une fondation d’entreprise.

Pour se rapprocher des Femmes médiatrices interculturelles, contactez-les par téléphone au 01.55.98.27.55 ou par mail à frmic94@aol.com. Ou les retrouver à une de leurs permanences au 5 mail Rodin au Bois l’Abbé.

CR, 7 novembre 2014